Bienvenue sur le portail du Carapa     Français   English

Carapa.org - Ecorce

Ecorce

Chimie

Les travaux de chimie sur le carapa commencent en 1859 avec Eugène Caventou, co-découvreur de la quinine, qui le premier a isolé de l’écorce des principes amers (touloucounin, carapin), des matières colorantes jaunes et rouges, une matière cireuse, de la gomme et des traces d'amidon. Il propose alors d'administrer les parties actives de cette écorce sous forme de teinture, de vin ou de sirop. Les écorces contiendraient des triterpènes amers (touloucounin) fébrifuges, insecticides et insectifuges non toxiques pour l'homme (applications agricoles) ainsi que des colorants. [Pharnet.com]

En 1993, des tests ont confirmé que l’écorce de carapa possède des propriétés anti-bactériennes. Ces tests, effectués au Museum of Medicinal Plants in Macapa, Brazil, ont également suggèrés que le carapa pourrait avoir une activité anti-tumorale (Amazonian Ethnobotanical Dictionary, by James A. Duke and Rodolfo Vasquez, CRC Press, Boca Raton).

Amérique tropicale

L'écorce est employée par les Amérindiens sous forme de décoction, pour traiter les ulcères, les plaies, coupures et mycoses, (Fleury, 1991), et en gargarisme pour soulager l’inflammation de gorge (Hammer et Johns, 1993).

Les Créoles utilisent écorce et feuilles contre les rhumatismes, les rhumes, les angines, les pneumonie et la depression (Correa, Pio. Dicionario de Plantas Uteis do Brasil e Exoticas Cultivadas, Vols 1-6, Brasilia: IBDF. 1984).

Au Guyana, un décocté d’écorce (ou bien une macération à froid obtenue en faisant tremper une poignée d’écorce grattée dans de l’eau) est utilisé contre les rhumatismes et la diarrhée (Coe & Anderson, 1996).

Au Nicaragua, au Brésil, en Colombie, au Pérou, le décocté d’écorce sert contre les fièvres, le paludisme, les helminthes (Brandao & al., 1985, Duke, 1994, Schultes & Raffauf, 1994, Lemée, 1956). Enfin, au Brésil, un usage anti-diabétique et comme stimulant digestif a été relevé (Hammer & Johns, 1993).

Enfin, citons l'ouvrage Pharmacopées traditionnelles de Guyane, de Pierre Grenand, Christian Moretti et Henri Jacquemin.

Le décocté d’écorce de Touloucouna (Carapa procera) est également utilisé au Sénégal contre les rhumatismes, comme purgatif, fébrifuge, pour traiter les conjonctivites ou encore les problèmes de peau (Seignot, 1991).

Références

Caventou, E. 1859. Deuxième Mémoire sur les végétaux des familles Méliacées et Cédrélacées : Du Carapa Touloucouna (senegalensis), Impr. E. Thunot, Paris, 42 p. Ref.

Caventou, E. 1859. Du carapa touloucouna. Journal de Pharmacie et de Chimie, 3ème série, Tome XXXV, (Mars 1895), pp. 189-197. Google ® pdf

Web

Prelude Medicinal Plants Database taper 'carapa' dans 'Recherche dans la base de plantes médicinales'Search for medicinal plants'